Récompenses et marchandages : les limites.

Les récompenses de nos enfants, oui bien sûr mais comment ?

Nous aimons encourager nos enfants de la meilleure des manières en pensant bien faire. C’est pour nos enfants une des meilleurs façons de les faire progresser et de leurs montrer notre amour.

Mes questionnements : Dans quelles mesures peut-on parler d’un abus dans le fait de les récompenser ?

Et peut-on trouver des alternatives aux récompenses ?

La récompense

Aujourd’hui en fonction de l’âge et la maturité de nos enfants, il convient de choisir évidemment le bon cadeau qui va les encourager.  Les enfants sont très différents les uns des autres mais pour continuer leurs efforts et  les pousser vers le meilleur d’eux-même, le bon cadeau est décisif.

Faisons le parallèle avec un commercial; si son salaire fixe est très élevé dès le départ, cela peut le dissuader à continuer sa quête vers de nouveaux clients pour gagner plus de CA. Il convient donc « d’augmenter son salaire progressivement » en fonction de son investissement, ses efforts et ses résultats.

Revenons maintenant sur ces récompenses, il va de soit que si l’enfant a ce qu’il veut quand il veut donc sans effort, il pourrait relâcher sa motivation plus rapidement qu’un autre enfant qui obtient une récompense après un effort.

Mon fils, 5 ans, est en grande section de maternelle. Au cours du premier mois de l’année scolaire, il est venu me voir très triste car il avait perdu son image. En effet, la maîtresse a mis un système de récompenses d’images que je trouvais très intéressant et qui dépendait de son comportement. Il obtenait une image quand il était sage à l’école.

Un jour à l’école, il s’est battu avec une camarade qu’il a blessé pendant la récréation et nous avons été convoqués par son enseignante. C’était vraiment une mauvaise rentrée scolaire qui commençait pour nous, parents.

Je savais que mon fils n’avait pas forcément un tempérament agressif mais il fallait tout de suite supprimer ce type d’actions négatives afin qu’il ne les reproduisent plus. J’ai cherché à comprendre son geste et je lui ai expliqué que celui-ci était inacceptable.

Je me suis donc dit que le meilleur moyen pour ne pas réitérer ce comportement serait un système de récompenses pour qu’il soit conscient, par des attentions ou dons qu’il vaut mieux agir convenablement à l’école et avoir une récompense, plutôt que reproduire cette mauvaise action et ne rien avoir.

 

De là m’est venu l’idée d’être dans la continuité du travail de son enseignante afin de l’encourager, ce que je faisais auparavant rarement !

Je lui ai expliqué le deal suivant : 2 images par mois obtenues =  Cadeaux ou avantages.

Jouets, livres, argent de poche ou même loisirs étaient offerts à chaque respect de ce deal.

Pensant que l’amélioration de son comportement à l’école ne pouvait être que bénéfique pour lui, avec ce deal;  j’ai constaté que ça ne pouvait fonctionner qu’à court terme.

Je m’explique, cette stratégie était adaptée à mon fils pendant les deux premiers mois car cela fonctionnait. Après ces deux mois, il ne voyait plus l’intérêt de bien se comporter en communauté sans récompenses.

A long terme, je devais donc trouver un autre moyen de lui faire continuer ces efforts : LES ENCOURAGEMENTS.

Ces encouragements moraux étaient bien évidemment illimités et gratuits et beaucoup plus fréquent que son « quota » d’images rapportées.

La stratégie était de faire comprendre à l’enfant par la communication, quel comportement adopté pour éviter qu’il se retrouve dans d’autres mauvaises situations.

Le marchandage.

Tout d’abord comment identifier ces types de récompenses au quotidien ?

Selon mon expérience, c’est à partir du moment où tout bon comportement devient un moyen de demander un avantage ou une récompense.

Nous entendrons souvent : « Papa, si je range ma chambre, je pourrai avoir sa… s’il te plait ? ».

Le marchandage n’est pas une bonne utilisation pour les récompenser, on le sait tous au fond, mais parfois l’envie est trop grande car c’est une des manières les plus simple pour que l’enfant obéisse et s’améliore à court terme.

Est-ce vraiment mauvais si notre enfant joue le rôle d’un bon commercial en marchandant ?

Non, mais plus sérieusement, si nous commençons à marchander tous ces bons comportements, il n’aura plus cette envie de conserver ces bonnes manières quand le parent ne sera pas présent par exemple ou que la récompense ne lui plaira pas.

Marchander est un moyen dangereux de faire oublier à l’enfant son sentiment de fierté, d’accomplissement, de persévérance et de satisfaction qu’il aurait pu développer spontanément, selon mon expérience.

 

Donc nous pouvons donc dire qu’une récompense bien maîtrisée peut faire la différence dans notre quotidien à court terme, faisons attention à ne pas tomber dans le marchandage car tout bon comportement ne va pas forcément de paire avec une récompense.

N’oublions pas que le but premier des parents est d’encourager son enfant au travers une communication qui les aidera à s’améliorer sans cette « récompense ».

Et vous ? Quel est votre point de vue, votre expérience ?

 

 

Les 50 règles d’or de l’éducation positive

Les 50 règles d’or de l’éducation positive

Comment adopter une attitude d’autorité bienveillante ?

À partir du mini Larousse de Bénédicte Péribère et de Solène Roland-Riché  j’ai voulu tirer des clés pour m’aider bien évidemment mais également aider les parents à aborder les livres sur l’autorité bienveillante.

Voilà j’ai voulu donné mon avis sur le premier livre que j’ai lu sur l’éducation positive.

Rentrons dans le vif du sujet !

C’est déjà une bonne prise de conscience quand on pense à s’améliorer sur son éducation et  je pense que  pour bien entamer ce changement  positif et long, cela passe par l’envie de vouloir changer les choses en premier lieu  et  la lecture est un élément indispensable dans ce processus.

Le livre que je vais vous présenter est un livre de poche passe partout qui nous permet à tout moment de pouvoir s’éduquer comme nous le voulons, dans le bus, la voiture, le train.

Son prix aussi abordable soit-il 3,95€ nous aide à amorcer une  mise en place de règles évidemment pratiques mais aussi intéressantes sur la partie psychologie pour aider l’enfant à grandir et s’installer dans la vie.

Dans ce livre que je peux vivement vous conseiller c’est vraiment d’avoir un maximum de techniques et  de moyens sans vous prendre la tête et le sortir à n’importe quel moment.

En lisant les différentes astuces pour aborder l’enfant que ce soit au niveau du point de vue de l’enfant, du parent mais également de l’ensemble de la situation nous apprenons en quelques lignes à savoir comment gérer nos émotions, leurs émotions comment cultiver le bien-être et comment le parfaire chaque jour.

Nous apprenons à être heureux, à penser plus à jouer qu’à gronder, à être généreux,à s’encourager mutuellement, éviter les caprices, s’ouvrir évidemment au pardon.

Cette simplicité  vous permettra de progresser rapidement, 50 règles où des sujets hétérogènes sont abordés et ,avec le sommaire, vous cherchez ce dont vous avez besoin et ce qui va vous aider aujourd’hui.

Dans ce petit Larousse, nous avons aussi  des cas concrets, et cela reste très positif même si bien évidemment chaque besoin est différent,chaque enfant est différent, il faudra donc s’adapter, et être créatif.

Enfin ce livre, édité en juin 2017, est vraiment ancré dans l’actualité, grâce notamment à ces  exemples tirés de notre quotidien, il nous permet vraiment de comprendre les points importants de l’enfance et  l’éducation positif dans notre société.

 

J’espère que mon avis pourra aider les parents à faire le choix sur ce livre, j’invite les parents à lire ce petit guide !